L'Imparfait

OLIVIER BALAZUC

Théâtre, Jeune Public

Un délicieux conte mi-rose, mi-noir sur la famille et l’art d’être soi-même.

« Parfait », c’est le mot préféré de Papamaman. Ils ne cessent de le répéter. Surtout maman. Lorsque tout est parfait, elle sourit, elle est contente. Du coup, papa aussi. Et moi, je suis content qu’ils soient contents. C’est comme un jeu. Un jeu très facile puisque je connais d’avance toutes les bonnes réponses… (Victor)

Papa 1er et Maman 1ère rêvaient d’avoir engendré un enfant parfait. Victor sait très bien comment les contenter : se laver les mains avant de passer à table, bien dire le petit mot magique, respecter les consignes… Mais un jour, il commence à se poser des questions. Se pourrait-il qu’il ne soit pas si parfait que cela ? Tout irait pour le mieux si le petit garçon ne se mettait très consciencieusement à dépasser les limites de ses coloriages… et du reste ! Et quand c’est trop, c’est trop. Ses parents consultent les plus grands spécialistes et, en désespoir de cause, font l’acquisition d’un enfant-robot censé prôner l’exemple auprès de leur fils. Ceux-ci pourront-ils supporter longtemps un enfant qui ne pense et n’agit qu’à travers eux-mêmes ? Et si la « vraie » vie se conjuguait à « l’imparfait » ?

Joueur, l'auteur et metteur en scène Olivier Balazuc prend appui sur les
étapes indispensables et salutaires de la vie d'un petit d'homme pour mettre en place une situation connue de tous : le glorieux Victor ose le « je » et se propose de sortir des contours de son coloriage. La réponse est immédiate, violente, normative. Ce désordre bouscule le microcosme familial et met en faillite son système bien ordonné. C'est un monde en crise vu par un enfant que L'Imparfait nous décrit, où le triangle familial est remis en cause et où les modèles archaïques, voire judéo-chrétiens, s'effritent face à la créativité et l'indépendance sous-jacente du fils. Le petit Victor désaliène l'imaginaire de ses parents et le monde ne s'écroule pas. Quelque chose se libère et réouvre de l'avenir et du possible.

Un spectacle franc et subtil à savourer en famille !


•• Au-delà des attentes parentales de l’enfant idéal fatalement déçues,
Olivier Balazuc évoque la naissance de la personne enfant qui exerce sa liberté. En trois temps, la pièce passe de la drôlerie à la gravité, de l’absurde à la profondeur. Et si, en matière d’éducation, les enfants étaient des guides pour les parents ? (Télérama)

16 novembre 2018 19:00 / PBA / Hangar ticket
17 novembre 2018 19:00 / PBA / Hangar ticket

PBA / Hangar - Palais des Beaux-Arts (Accès par l'Atrium et/ou La Rotonde)
Place du Manège
6000 Charleroi
Comment s'y rendre?

8€ > 6€ (abonnés)

Durée 60 minutes

Texte et mise en scène Olivier Balazuc
Scénographie et costumes Bruno de Lavenère
Lumières Laurent Castaingt
Vidéo Étienne Guiol
Son Cyrille Lebourgeois
Avec
Cyril Anrep, Laurent Joly,
Thomas Jubert, Valérie
Keruzoré, Martin Sève

Texte dans la collection « Heyoka Jeunesse » aux éditions Actes Sud-Papiers, mars 2016

photo © Bruno Delavenere